www.farahdouibi.fr

textes

www.farahdouibi.fr

Billets d'humeur

18 mars 2020

Aller au chapitre précédent

Billet d'humeur n°6 : Un Corona pour moi, s'il vous plaît !

Prise de recule trois jours après la prononciation du confinement en France.

Après m'être faite censurer sur Facebook hier après-midi pour avoir posté mon opinion concernant le Coronavirus, je me suis lancée dans la rédaction de ce billet d'humeur.

Si nous avons l'interdiction de sortir dehors, on ne nous interdit pas de faire fonctionner notre cerveau ! Et c'est ce que je vous propose de faire ici avec moi.

Avant toutes choses

Ce billet d'humeur n'a pas vocation à indiscipliner les Français. Ceci n'est que mon avis, et surtout, mes interrogations.

Afin d'acquérir un discernement et donc, un raisonnement plus juste, il me parait nécessaire d'avoir une base de connaissances dans le domaine qu'on souhaite appréhender, même grossièrement. Pour ce faire, je vous propose de regarder les chiffres de la grippe saisonnière afin d'avoir au moins un élément de comparaison.

Si cela ne vous fait pas froid aux yeux, vous pouvez aller plus loin en regardant les chiffres des atteintes pulmonaires, les chiffres de toutes les maladies communes de passage (rhinopharyngites, rhinite, rhumes, allergies printanières, gastro, grippes, pneumonies, etc.), et toutes les maladies lourdes (cancers, obésités morbides, problèmes cardio-vasculaires graves, problèmes de diabète graves, dégénérescences cérébrales...), afin d'avoir véritablement un tableau encore plus représentatif de la réalité, et donc, un meilleur discernement.

Je n'irai pas juste-là dans cet article, car les premiers chiffres suffirons pour avoir une base d'informations permettant un début de discernement. Je vous encourage cependant à aller plus loin si vous voulez mieux comprendre.


C'est parti ! Parlons chiffres !

La période de grippe hivernale s’étend d’octobre à avril (6 mois) de chaque année. À la suite de cette période, des organismes font le point pour mesurer l’impacte de cette épidémie chaque année.

La version du document du 17 mars 2020 notait une mortalité à 2-3%, la version du 18 mars, à 0,15%, la version du 20 mars, à 3-4% la version du 26 mars, estimation inconnue avec les premières estimation à 0,25-0,8% de mortalité (donc avec beaucoup de pincettes). Comme nous sommes dedans, nous n'avons pas de chiffres finaux, et par ailleurs, le taux sera différents dans chaque pays pour diverses raisons (patients testés ou pas, testés à quelle stade, etc).

comparaison pandemies modernes

Maintenant, voyons voir du côté du Coronavirus :

  • France : 148 décès [Mise à jour du 20/03 : 372 décès][Mise à jour du 26/03 : 1100 décès] (on sait que ça va augmenter, mais on ne sait pas en quelle proportion).
  • Monde : 7100 décès [Mise à jour du 20/03 : 10 367 décès] [Mise à jour du 26/03 : 18 865 décès] dont plus de la moitié en Chine : Progression du coronavirus en république populaire de Chine.

Je reformule donc tout cela :

Tous les ans, la grippe hivernale qui dure 6 mois est la cause du décès de 9000 personnes en France et 250.000 à 500.000 personnes dans le monde et personne n'en parle.

Le 16 mars, alors que le Coronavirus était la cause du décès de 76 personnes en France et environ 8000 personnes dans le monde et on est en état de siège.

Mortalité : encore des chiffres !

Par ailleurs, ce virus ne semble pas plus, ou moins, mortel que la grippe. Les chiffres officiels ne permettent pas d'avoir une appréciation correcte de la mortalité. Certains jours, les prognostiques volent à 35% de mortalité, d'autres jours, à 0.004% de mortalité... Pour prendre un exemple, prenons la Chine, comme ce pays est le seul à avoir pu terminer sa vague de Coronavirus et se pose donc comme seul exemple pour les autres pays. La Chine n'a pas pu enregistrer tous ses cas d'infection, pour des raisons évidentes de manque de moyens humains et matériel, et également car chez certaines personnes, il n'y a pas de symptômes (personnes asymptomatiques) ou les symptômes sont légers (nez qui coulent, petites fièvres…) et ces cas ne se sont simplement pas fait connaître où ont été refusés dans les hôpitaux. Les estimations, pour la Chine, parlent de 9 infectés sur 10 qui n'auraient pas été recensés. Jason S. WARNER, dont je vous recommande cette page sur laquelle il parle de la vitesse de propagation du Coronavirus, estime que pour avoir le nombre réel d'infectés au Coronavirus, il faudrait multiplier les chiffres officiels des contaminés par 10, sinon par 50 si on pense que les estimations de l'Hôpital Général de Harvard dans le Massachusetts sont préférables. Je vais être gentille, je vais prendre le chiffre de Jason S. WARNER qui correspond à mon "9 infectés sur 10 pas recensés" pour la Chine.

Sur notre chiffre de 81.000 chinois infectés officiels [Mise à jour du 20/03], cela nous donnerait 810.000 chinois infectés réels en multipliant par 10.

Rapide calcule : 3250 décès / 810 000 infectés réels = 0.40% de mortalité pour le Coronavirus en Chine. Sachant que les chiffres chinois ont la réputation d'avoir été très sous-estimés, autant du coté des décès que du côté des infectés.

[Mise à jour du 11/04] De nombreuses personnes sur le net témoignent aujourd'hui de leur état de malade et expliquent que malgré des symptômes violents (réveillé toute la nuit parce qu'ils s'étouffent...), les hôpitaux refusent de les accueillir et de les tester au Coronavirus, car seuls les personnes dans un état grave (à la limite de la mort, je suppose) sont testées. Je vous propose de voire ce petit bout de vidéo où Tatiana VENTÔSE explique son cas : ICI. Ce qui nous indique que ce n'est pas par 10, en France, qu'il faudrait multiplier les cas infectés officiels pour trouver un chiffre plus proche du réel, mais par 50 (au moins !) comme le recommande l'Hôpital Général de Harvard dans le Massachusetts. Et c'est vraiment un minimum, car vu qu'on ne teste que les cas très graves devant être sous assistance respiratoire, il est même plutôt probable que le chiffre à multiplier dépasse les 100. Car au final, presqu'auncun malade n'est dépisté, uniquement ceux en "phase terminale", si je peux me permettre un parallèle. Il est alors facile de faire peur en agitant sous le nez des Français un taux de mortalité mirobolant : 35% de mortalité avec les chiffres officiels actuels !!

Le discernement est vraiment important, alors, dans un cas comme celui-ci. Regardez autour de vous qui est malade du coronavirus (j'entends, testé, pas diagnostiqué), et combien en sont décédés. N'écoutez pas les amis des amis des amis ou les voisins des voisins des voisins ou les "on dit". Juste ceux que vous connaissez (sans doute entre 50 et 500), et calculez. Dans mon entourage, juste 1 qui est guéri. Même si cela n'est pas forcément représentatif, ce petit exercice a au moins le mérite de relevé des incohérences dans les chiffres donnés.

Vive le discernement ! C'est en ces périodes que je remercie la Nature de m'avoir doté d'un cerveau en parfait état de fonctionnement, et tout ceux que j'ai rencontré dans ma vie pour m'avoir appris à m'en servir gif

Revenons-en à nos chiffres pour terminer le raisonnement : 24.932 cas infectés officiels pour 8598 décès [Mise à jour du 11/04].

Et avec des chiffres prenant en compte le refus de dépister de la France (je suis gentille, je ne prends que 50) : 1.246.600 cas supposés pour 8598 décès, soit 0.68% de mortalité. Et c'est certainement bien moins que cela, vu que presque personne n'est testé.

La stratégie d'immunité de groupe

Au vue du faible taux de mortalité du virus, et étant donné qu'il est cependant très contagieux (le but du virus), plusieurs pays ont comprit que dans tous les cas, le virus se répandrait dans toute leur population, et ont décidé d'établir une stratégie en opposition totale à la stratégie de confinement. Eux, au contraire, laissent le virus circuler librement avec les personnes pour permettre à leur population de développer naturellement une immunité à ce virus. En même temps, ils prennent soin des personnes fragilisées comme les personnes âgées en les confinant elles-seules. Une contagion est dite enrayée à partir de 60% à 85% d'immunité au sain de la population, ce qui se ferait alors assez vite.

Ainsi, Le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Suède ont partagé leur désir de suivre cette stratégie.

Ma conclusion

Dans l'absolut, c'est terrible. Il y a des personnes décédées et d'autres vont suivre ; personne ne peut dire que ce n'est rien ! La vie n'a pas de prix !

Je vous propose cependant ici de relativiser pour ne pas vous laisser submerger par des chiffres (35% de mortalité), des phrases ("Nous sommes en guerre !") sans repères tangibles pour étayer un raisonnement sain et avoir du discernement. C'est difficile pour beaucoup d'arriver à mettre de côté une peur induite, mais dans ces circonstances de psychose collective, il faut prendre le temps de mettre de côté la partie du pathos qui nous dit d'avoir peur et de pleurer pour relancer la mécanique de la réflexion et de la justesse. Par principe, la peur tétanise, pas que physiquement, mais également nos processus de réflexion… et notre immunité. Un peu de sérénité dans ce monde de brute, diantre ! gif

La France encourage cette peur, cette psychose : "nous sommes en guerre" répété 6 fois par le Président de la République Emmanuel MACRON…gif, pour, deux heures plus tard, à l'heure ou les gens sain d'esprit dorment, faire dire par Christophe CASTANER, son Ministre de l'Intérieur : "Nous ne voulons pas créer la panique"…

Après une belle démonstration de manipulation par la répétition, une petite dissonance cognitive… gif Tu la vois venir, toi aussi ?

Le lendemain :

  • plus de rouleaux de PQ dans les supermarchés !  gif  
  • les voisins qui psychotent gif
  • les petites mamies au bord de la syncope gif
  • moi qui ne sais plus quoi penser gif à part une envie de revoir la prise de parole de mon président juste pour le plaisir de taper l'écran à chaque fois qu'il sort son "nous sommes en guerre" gif

J'ai pu parler un peu de la guerre avec ma mamie, toujours en vie du haut de ses bientôt 94 ans, et je l'espère, avec de belles années encore devant elle. La guerre, Monsieur MACRON, vous ne savez pas ce que c'est. Et je vous souhaite ne jamais savoir.

Le but de générer une telle psychose ? J'ai bien des idées, mais à chacun de réfléchir dessus s'il le souhaite.


Processus de réflexion

Toute cette psychose m'a fait m’interroger sur le pourquoi du comment.

Ma première interrogation : je ne me suis pas sentie menacée et comme presque tous les Français, je suis sortie samedi et ai fait la bise. Donc, pourquoi ni moi, ni les autres, ne nous sommes sentis en danger ?

Il n'y avait pas d'alertes des autorités politiques trois jours avant le confinement, et même un appel à aller sortir se réunir aux bureaux de vote pour le premier tour des municipales. La vie continue.

Par ailleurs, on ne croit que ce qu'on voit, pour beaucoup, or, je n'ai encore vu aucune image de personnes gravement touchées par le Coronavirus ou de témoignage de familles touchées. Sans doute la raison qui m'a poussée à croire que ce n'était, tous comptes faits, pas bien grave. Aucun proches touchés, même dans mon entourage éloigné. Pourquoi on ne trouve rien sur la toile ? Ce n'est pas ici de la curiosité morbide, mais un besoin de comprendre, un besoin de preuves. Or, même Google images reste muet…

Finalement, à force de chercher, j'ai trouvé des choses, des indices, des informations de-ci, de-là. Le plus simple est de vous mettre la page listant les 9 premiers décès "dus" au Coronavirus, avec une description d'une ligne par cas, puis une autre page listant les 33 premiers cas (journaux sérieux) :

  1. Qui sont les victimes du Covid-19 en France ? Si la page n'est plus disponible, j'en ai fait une copie ICI.
  2. Coronavirus: qui sont les premières victimes en France ? Si la page n'est plus disponible, j'en ai fait une copie ICI.

Je remarque que la quasi-totalité des victimes sont des personnes très âgées ou âgées avec de multiples et lourdes complications (cancers, problèmes pulmonaires, diabètes, insuffisance rénale, cardiaques…), ce que les médecins appellent la comorbidité. Une partie n'était pas décédée du Coronavirus, mais avec le Coronavirus. Chiffres qui restent tout de même dans les chiffres du Ministère de l'intérieur sur le Covid-19. De quoi se poser quelques questions.

Par ailleurs, contrairement à la Grippe, le Coronavirus ne touche pratiquement pas les enfants.

Enfin, tout cela pour expliquer que la censure générale ciblant le Coronavirus a joué un rôle catastrophique dans toute cette histoire. Les personnes, désireuses de comprendre, comme moi, ne voyant rien sur la toile, n'ont simplement pas compris pourquoi on ne fait jamais rien en cas de grippe saisonnière ou de rhume ou de n'importe quoi d'autres, mais là, pour un virus qui semble à ce jour (11/04/2020) aussi dangereux que la grippe, la France est paralysée.


La censure

J'ai été censurée automatiquement sur Facebook sur mes posts nommant clairement le Coronavirus. Lorsque je ne le nommais pas ou tronquait son nom avec "Coco", les billets étaient visibles sur le fil d'actualité mais il suffisait qu'une personne écrive le nom du Coronavirus ou ses pendants dans un commentaire pour supprimer le billet du fil d'actualité. Lorsque j'ai renommé tous les Coronavirus en Coco dans mes billets pour tester, tous mes billets sont revenus dans le fil d'actualité sauf celui avec le commentaire nommant clairement le virus. Je me suis alors dit que si ça avait été le cas pour moi, ça devait être le cas pour mes amis dont je ne devais pas avoir vu certains posts contenant ce nom. J'ai alors regardé certains profils de mes amis facebook pour découvrir plein d'articles sur le Coronavirus que ne m'étaient pas apparus dans le fil d'actualité... très désagréable comme sensation.

J'en suis donc arrivée à me renseigner sur la censure du Coronavirus sur ce réseau social. J'ai pu trouver plusieurs articles expliquant que pour éviter les fake news (fausses nouvelles), tous les géants de l'Internet avaient accepté d'aider l'État français (et sans doute d'autres États) à censurer des contenus sur le Coronavirus : Google, Facebook et bien d'autres. Peut-être la raison pour laquelle on ne voit pas grand-chose sur le Coronavirus, à part des blagues ? Étant donné le raz-de-marré de messages concernant le Coronavirus de ces derniers jours postés sur les réseaux sociaux et le web, je peux comprendre qu'il n'y ait, de fait, pas vraiment le temps de faire le tri et que sur certaines plate-formes, les suppressions soient automatiques à la moindre mention de mots clés. Pour autant, la suppression d'écrits, qu'elles qu'en soit la cause, s'appelle de la censure.

Sources :


Ce billet touche à sa fin.

Je termine ce message en souhaitant à tous de pouvoir profiter au mieux de leur séjour prolongé chez eux. Profitez-en pour vous reposer, retisser des liens forts avec vos enfants et vos parents ou grand-parents, votre conjoint, votre colocataire, profitez-en pour prendre enfin du temps pour vous, pour vous ressourcer, pour vous retrouver, pour parler, échanger, disserter, penser, aimer :)

Prenez bien soin de vous.

coeur