Actualités

Bienvenue sur mon site. Celui-ci a pour but de vous présenter mes travaux dans l'illustration, la bande-dessinée et l'écriture. Vous souhaitant une bonne visite.

Farah DOUIBI


Actualité du 20 novembre 2010

La tolérance entre tous, un idéal artistique ?


Bonjour,

Je souhaiterais vous faire découvrir quelques auteurs dessinateurs japonais (mangaka) dont j'affectionne tous particulièrement les oeuvres : Tsukasa Hôjo et le collectif CLAMP.

Tsukasa hojo collectif CLAMP

Sous un rayon de soleilJe pense que beaucoup de personnes connaissent, au moins de nom, quelques-unes des oeuvres de Tsukasa Hôjo. Dans celles-ci, à noter City Hunter (Nicky Larson en français) et Cat's Eyes, les plus connus. En plus de son style très réaliste proche de la BD européenne, ses histoires centrent des personnages au fort caractère qui seraient, s'ils existaient réellement dans la société de l'artiste, exclus de tous. Petits versets de tolérances envers tous les êtres vivants à l'usage de Monsieur Tout-Le-Monde, qu'ils soient animaux (humains inclus) ou végétaux, nous retrouvons une petite fille parlant aux plantes et méprisée de tous à cause de son don dans son oeuvre Sous un rayon de soleil ou encore la vie de trois voleuses qui cherchent à récupérer les oeuvres spoliées de leur père disparus par des moyens punissables (le vol) dans Cat's Eyes, ou encore un tueur réputé, ancien enfant guérilleros enrôlés de force, qui décidera de mettre ses compétences au service de sa ville natale pour la protéger du banditisme par des moyens, là encore, punissables (vengeances, intimidations, chantages, vols, meurtre, etc.) dans City Hunter, ou encore, une femme médecin excentrique, amoureuse de son mentor jugé coupable de meurtres de trafiquants de drogues et autres criminels notoires qui faisaient du mal à ses patients dans Rash ou encore, la communauté développée dans Family Compo qui ne fait que très peu cas de leur appartenance sexuelle (travestis, transsexuels, connotation bisexuel). Je ne vais pas m'engager à faire la liste de toutes les exclus dont l'auteur se fait le porte-parole. Qu'on soit d'accord ou non avec les bonnes moeurs de sa société ne regardent que les membres de cette société et chacun est encore libre de penser ce qu'il souhaite. Mais c'est une pratique que je salue que de vouloir se faire le défenseur d'exclus pour des raisons plus ou moins légitimes.

card_captor_sakuraLe collectif CLAMP est l'auteur de l'oeuvre Card Captor Sakura (traduit en français par Sakura, la petite chasseuse de cartes), connu pour avoir été diffusé sur les écrans français il y a des années. CLAMP, par un dessin au contraire très éloigné de la réalité, combat pour les mêmes idées, mais d'un point de vue encore plus poussé. Si Tsukasa Hôjo créé le doute quant à la culpabilité de certains de ses personnages (donc le doute de la légitimité de l'exclusion sociétaire), CLAMP ne sera pas aussi tendre. Nous parlons bien ici de meurtriers sans motifs, menteurs invétérés, femmes de petites vertus, traitres, complaisance de l'autodestruction, plaidoyer de la destruction, individus aux multiples personnalités, individus dépourvus d'âme, de sexes, libertés sexuelles extrêmes et d'autres encore... Dans l'oeuvre Card Captor Sakura, CLAMP suggère, sans le montrer véritablement, l'amour entre hommes et l'amour entre adultes et enfants. Pour un lecteur non avertit des pratiques du collectif, cela ressemblerait à de l'amitié ambigüe et à de l'adulation. Dans l'oeuvre ChobitS, CLAMP parle cette fois-ci très clairement d'amour entre un humain et une machine, chose tout à fait naturelle dans l'oeuvre et qui ne choque aucun des personnages, sentiment approchant pour les personnages d'Angelic Layer envers leurs poupées désarticulées. Sentiments poussés à leur paroxysme. Cette approche de l'exclusion par le sentiment, la tendance ou la nature, dénonce le comportement excessivement correcte de la société japonaise, société où le moindre écart de leurs moeurs condamne l'individu à un rejet définitif vis-à-vis de cette société.

Pour pouvoir comprendre réellement ces auteurs sans s'offusquer, sans s'opposer, sans critiquer, il faut pouvoir ouvrir son esprit à une tolérance plus grande qui permet d'accepter tous les êtres vivants, quels qu'ils soient et peu importe de quoi ils sont la cause.

Certains diront : oui mais... l'amour entre deux hommes, ou entre un homme et une machine, le meurtre ou l'assassinat sont des actes contre-nature menant à la destruction, donc mauvais. Je leur dirais alors ceci : vos cigarettes, vos alcools, vos drogues et autres pratiques d'auto-destruction auxquels vous vous adonnez dans l'impunité la plus totale, auto-destruction légalisée et même encouragée par nos sociétés (qui n'est pas tombée sous le charme des magnifiques publicités pour les cigarettes Gitanes), n'est-ce pas tout aussi destructeur que ces autres pratiques ?

Cliquez ici pour commenter

Replier le formulaire

Votre nom (si non renseigné, vous apparaîtrez comme anonyme)
Votre commentaire

Code de sécurité à recopier en minuscules :
code de sécurité